unnamedLabbel est une batterie de tests pour l’évaluation cognitive du langage

Une évaluation cognitive du langage oral et écrit implique que l’examinateur procède à l’évaluation de chacune des composantes de traitement du langage de façon indépendante. Une tâche de répétition de mots, par exemple, implique plusieurs traitements cognitifs. Le patient qui doit répéter un mot doit, dans un premier temps, faire l’analyse acoustique du stimulus sonore entendu. Il doit, par la suite, procéder à la reconnaissance du stimulus sonore (mot connu ou non connu). Cette reconnaissance pourrait mener à l’accès au sens du mot. Finalement, le patient doit retrouver les gestes articulatoires requis pour la production orale du mot. Chacune de ces étapes de traitement, que ce dernier soit parallèle ou séquentiel, peut être déficitaire et compromettre la réussite de la tâche.

Une évaluation cognitive vise à identifier toutes les sources de difficultés susceptibles d’entraver la réussite des tâches de langage oral et écrit. Pour identifier les sources potentielles de difficultés dans une tâche telle que la répétition de mots, l’examinateur doit recourir à plusieurs tâches. Par exemple, une tâche de discrimination auditive permettra de vérifier si le traitement du signal acoustique d’entrée est fonctionnel. Une tâche de décision lexicale (mot/non-mot) permettra de vérifier si l’accès au lexique phonologique est fonctionnel et si le patient reconnaît le mot à répéter. Enfin, pour tester si le déficit affecte la production des gestes articulatoires, l’examinateur recourir à une tâche de dénomination orale d’images. En effet, dans cette tâche, le patient doit produire les gestes articulatoires sans avoir entendu la forme du mot à produire. Si le patient réussit en dénomination orale mais échoue en répétition, l’examinateur peut conclure que les difficultés du patient ne sont pas liées à la production des gestes articulatoires puisque si tel était le cas, le même patient présenterait ces mêmes difficultés dans la tâche de dénomination orale d’images. C’est en mettant en correspondance les résultats obtenus dans chacune des tâches qui impliquent des traitements semblables et différents que l’examinateur peut statuer sur les déficits responsables des difficultés observées chez un patient en langage oral et écrit.